forum

FORUM - FAQ - RECHERCHER - MEMBRES - GROUPES - MON PROFIL - INSCRIPTION - CONNEXION DECONNECTION

Libye: la coalition est prête, Tripoli demande l'envoi d'observateurs

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SGH Belgique - Phénoménes paranormaux en Belgique - Investigation paranormale belge et Belgique Index du Forum -> ZONE WEB -> DISCUSSIONS GENERALES ET LIBRES ENTRE MEMBRES -> ACTUALITES MONDIALES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dam's
Responsable SGH

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2009
Messages: 6 173
Localisation: Brabant Wallon
Masculin Poissons (20fev-20mar) 牛 Buffle

MessagePosté le: Ven 18 Mar - 23:19 (2011)    Sujet du message: Libye: la coalition est prête, Tripoli demande l'envoi d'observateurs Répondre en citant

Libye: la coalition est prête, Tripoli demande l'envoi d'observateurs



La coalition menée par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, avec la participation du Qatar, pour intervenir en Libye, a pris forme ce vendredi, l'OTAN restant en retrait. Après avoir menacé de représailles et annoncé un cessez-le-feu, le régime de Tripoli demande l'envoi d'observateurs.

L'essentiel :

-La coalition se met en place avec pour "objectif final" le départ de Mouammar Kadhafi

-L'Otan accélère la planification d'une éventuelle opération en Libye mais reste en retrait

-La Russie et la Pologne "excluent" de participer à une intervention militaire, la Chine émet "de sérieuses réserves"

-Kadhafi promet l'"enfer" à ceux qui attaqueraient la Libye mais dit accepter un cessez-le-feu immédiat

-Tripoli demande à la Turquie, Malte et la Chine l'envoi d'observateurs

-L'opposition libyenne accuse Kadhafi de poursuivre ses attaques

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a affirmé vendredi que "tout est prêt" pour une action militaire en Libye (sans pouvoir donner les détails) et que le sommet prévu samedi à Paris permettrait "d'analyser" la déclaration de cessez-le-feu de Tripoli et d'en "tirer les conclusions".

La France a également réaffirmé qu'elle ne souhaite pas une implication de l'OTAN dans une éventuelle opération militaire internationale en Libye.

Les Français, en première ligne depuis le début pour obtenir le vote de la résolution autorisant une intervention en Libye, "participeront" aux raids, qui devraient intervenir "rapidement", "dans quelques heures", avait déclaré vendredi matin le porte-parole du gouvernement français François Baroin.

Il n'avait pas précisé non plus "quand, comment, sur quelles cibles, sous quelles formes", auraient lieu les opérations.

Cette intervention militaire, avait-t-il néanmoins insisté, "n'est pas une occupation du territoire libyen", mais "un dispositif de nature militaire pour protéger le peuple libyen et lui permettre d'aller jusqu'au bout de son souffle de liberté et donc de la chute du régime Kadhafi".

A l'issue de trois jours de négociations, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté jeudi soir une résolution autorisant à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour protéger les civils et imposer un cessez-le-feu à l'armée libyenne, y compris des frappes aériennes, mais précisant qu'il n'était pas question d'occupation militaire.

Le texte a été adopté par 10 voix sur les 15 membres du Conseil de sécurité. La Chine et la Russie se sont abstenues mais n'ont pas utilisé leur veto pour bloquer le texte. L'Allemagne, le Brésil et l'Inde se sont aussi abstenus.

Les pays européens se positionnent

La participation dès le début aux raids des Britanniques et des Américains est également à prévoir. La base italienne de Sigonella, en Sicile (sud), devrait être mise à contribution par ces deux pays, les Français eux pouvant utiliser leur base de Solenzara, en Corse du sud.

En début d'après-midi, le premier ministre britannique, David Cameron, confirmaient la participation des forces britanniques aux opérations en Libye. Des avions de combat Tornado et Eurofighter ont été mobilisés.

D'autres pays de l'Alliance atlantique --le Canada, la Norvège, le Danemark et la Belgique-- ont à titre individuel fait part de leur intention de se joindre à la coalition, en lui apportant avions de transport, chasseurs-bombardiers F-16 ou F-18 et navires chasseurs de mines, pour participer aux raids ou soutenir une opération humanitaire.

L'Espagne a ainsi annoncé qu'elle allait mettre à disposition de l'OTAN deux bases militaires ainsi que des moyens aériens et navals dans le cadre d'une éventuelle opération en Libye, une fois obtenue l'autorisation du Parlement.

La Lituanie a également proposé les heures de vol dont elle dispose sur l'appareil C-17 Globemaster III pour participer à "une opération d'aide humanitaire et d'évacuation" des populations en Libye.

Après avoir annoncé la fermeture de son ambassade à Tripoli, l'Italie a affirmé être prête à "mettre à disposition ses bases" militaires.

Les Pays-Bas ont annoncé étudier "l'opportunité et la possibilité" d'une contribution néerlandaise qui pourrait se traduire par un apport de matériel militaire ou de l'expertise.

L'Autriche, la Hongrie et la Bulgarie ne participeront pas à l'action militaire en Libye tout en soutenant la décision en ce sens du Conseil de sécurité de l'ONU, a-t-on appris vendredi auprès des ministères des Affaires étrangères de ces pays.

Quant à Malte, il exclut de servir de base militaire.

Le Canada a confirmé qu'il allait envoyer des avions de chasse CF-18, sans préciser leur nombre, pour contribuer à la zone d'interdiction de vol dans l'espace aérien libyen. Leur départ seraient "imminent", selon les médias qui parlaient dès jeudi soir de six avions et d'équipe de soutien comptant entre 100 et 200 hommes.

De son côté, le Qatar a annoncé sa participation à une coalition internationale contre le colonel Kadhafi, les Emirats arabes unis pourraient faire de même.

Quant à la Ligue arabe, elle a réitéré son soutien à une zone d'exclusion aérienne en Libye.

"Objectif final" : le départ de Mouammar Kadhafi

La secrétaire américaine d'Etat a déclaré ce vendredi après-midi que l'"objectif final" de la résolution adoptée par l'ONU doit être le départ du colonel Kadhafi, rapporte Reuters.

Pour Hillary Clinton, le texte qui instaure une zone d'exclusion dans le ciel libyen et autorise "toutes les mesures nécessaires" pour assurer la protection des civils, n'est "qu'une étape importante".

Quant au cessez-le-feu annoncé par le régime libyen, elle estime qu'il ne s'agit là que de "mots".

Une participation russe à une intervention militaire en Libye "exclue"

La participation de la Russie à une opération militaire en Libye est "exclue", a déclaré vendredi le chef de l'état-major de l'armée russe, le général Nikolaï Makarov, cité par Interfax.

Cette option "est exclue", a répondu le général Makarov, répondant à une question de l'agence.

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a jugé "regrettable" que "la passion pour l'usage de la force ait prévalu". Il a rappelé que son pays avait proposé une résolution appelant à un cessez-le-feu.

La Pologne exclut une participation militaire, la Chine émet "de sérieuses réserves"

La Chine a de "sérieuses réserves" au sujet de la résolution de l'Onu autorisant l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne en Libye, mais a renoncé à son veto du fait de la demande formulée par la Ligue arabe, a fait savoir vendredi le ministère des Affaires étrangères.

Via son porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Pékin a fait savoir qu'il estimait que le conseil de sécurité doit chercher "à résoudre la crise en cours en Libye par la négociation et par d'autres moyens pacifiques".

"Nous nous opposons au recours à la force dans les relations internationales et avons de sérieuses réserves au sujet de certaines dispositions de la résolution", a-t-il poursuivi.

De son côté, La Pologne s'est dite prête a offrir ses avions de transport, mais exclut sa participation à une force de frappe en Libye après le feu vert de l'ONU.

"Nous sommes prêts à aider avec nos avions de transport. Nos capacités nous permettent de détacher une partie de nos forces et de nos moyens pour l'aide humanitaire", a dit Bogdan Klich, le ministre de la Défense polonaise sur une radio privée.

"Nous avons décidé mercredi avec le président et le Premier ministre que l'engagement de la Pologne dans une force de frappe était exclu", a-t-il précisé.

L'OTAN accélère la planification d'une éventuelle opération en Libye

"Les ambassadeurs" des 28 pays alliés "se sont mis d'accord pour accélérer la planification militaire" au sujet de la Libye, a déclaré un responsable de l'OTAN sous réserve de l'anonymat.

Selon lui, les pays de l'OTAN "vont se réunir dans les prochains jours pour essayer d'achever la planification dans les délais les plus brefs en vue d'une assistance humanitaire, d'un soutien à un embargo sur les armements ou d'une zone d'interdiction aérienne".

Cependant, "la question d'une action concrète n'est pas encore sur la table", a-t-il précisé.

Lors de leur réunion vendredi, "les ambassadeurs n'ont pas discuté de la possibilité que l'OTAN agisse", a insisté ce responsable, soulignant que cela n'empêchait pas des pays membres de l'alliance "d'agir à titre national, comme le stipule la résolution de l'ONU".

En tout état de cause, "l'OTAN ne prendra pas la direction" des opérations, tenant seulement sa place "dans le contexte des efforts internationaux", a-t-il reconnu.

"L'OTAN est en train d'achever sa planification de façon à être prête à agir de manière appropriée pour appuyer la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies, comme partie prenante d'un effort international plus large", a déclaré de son côté dans un communiqué le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen.

Les trois conditions posées pour que l'OTAN puisse envisager d'intervenir dans un cadre international sont désormais remplies, a-t-il estimé, énumérant "un besoin urgent (d'intervention), un soutien ferme de la région et un mandat clair de l'ONU".

Précisons que la coalition menée par les principales puissances militaires de l'OTAN dispose d'assez de moyens sur terre, air et mer pour mener à bien sa mission face à de modestes forces libyennes.

Samedi, un sommet Union européenne-Union africaine-Ligue arabe sur la Libye se tiendra à Paris en présence du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Le gouvernement sud-africain a également annoncé l'envoi de représentants ce week-end en Libye dans le cadre d'une mission de l'Union africaine (UA) pour tenter de résoudre la crise qui secoue le pays.

La Libye n'a "pas peur" et promet l'"enfer"

Après le vote à l'ONU, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Seïf al-Islam Kadhafi avait affirmé : "Nous sommes dans notre pays et avec notre peuple. Et nous n'avons pas peur, " a-t-il dit depuis Tripoli à l'émission de télévision américaine ABC News Nightline.

"Nous n'aurons pas peur. Allez! Nous n'aurons pas peur. Vous n'allez pas aider le peuple si vous allez bombarder la Libye pour tuer des Libyens. Vous détruisez notre pays. Personne n'est content avec cela", a-t-il dit.

De son côté, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a mis en garde contre toute offensive sur la Libye, menaçant de "transformer en enfer la vie" de ceux qui attaqueraient la Libye, dans une interview quelques heures avant le vote d'une résolution de l'ONU autorisant le recours à la force.

"Si le monde devient fou, nous le serons aussi. Nous allons riposter. Nous transformerons leur vie en enfer", a déclaré le colonel Kadhafi dans une interview à la télévision publique portugaise RTP, réalisée quelques heures avant le vote de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

"C'est quoi ce racisme, cette haine ? C'est quoi cette folie ?", a-t-il lancé dans l'interview dont l'AFP a obtenu un enregistrement.

"Le Conseil de sécurité n'a pas un mandat pour de telles résolutions que nous ne reconnaissons absolument pas".

"Il ne s'agit pas d'une guerre entre deux pays pour que le Conseil intervienne. Sa charte ne permet pas d'interférer dans des affaires intérieures" d'un pays, a-t-il encore dit.

Ça serait "une occupation flagrante, non justifiée et aura de grandes conséquences sur la Méditerranée et sur l'Europe", a-t-il prévenu.

"La mer Méditerranée sera ravagée. Aucun trafic aérien ou maritime ne sera sécurisé", a ajouté le colonel Kadhafi qui fait face depuis un mois à une insurrection sans précédent.

Le ministère libyen de la Défense avait mis en garde jeudi contre toute opération militaire étrangère contre la Libye, menaçant de s'attaquer au trafic aérien et maritime civil et militaire en Méditerranée.

De son côté, l'ONU s'inquiète de ces déclarations et craint que le régime de Kadhafi n'exerce des représailles sur les civils. "Le Haut commissariat est très préoccupé par le fait que gouvernement (de Kadhafi) puisse exercer une punition collective", a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, soulignant ne se faire "aucune illusion sur ce que ce régime est capable de faire".

La Libye annonce un cessez-le-feu immédiat

Parallèlement, la Libye a annoncé vendredi qu'elle mettait fin à toutes les opérations militaires à la suite de la résolution votée par le Conseil de sécurité de l'ONU dans la nuit. C'est du moins ce qu'a indiqué le ministre des Affaires étrangères libyen Moussa Koussa lors d'une conférence de presse.

Il a affirmé que son pays, étant membre à part entière des Nations Unies, était "contraint d'accepter la résolution du Conseil de sécurité". Celle-ci demande notamment l'établissement immédiat d'un cessez-le-feu et l'arrêt complet des violences et de toutes les attaques contre des civils. A défaut, elle autorise "toutes les mesures nécessaires" pour protéger les civils et imposer un cessez-le-feu à l'armée libyenne. Elle prévoit aussi une zone d'exclusion aérienne mais précise qu'il n'est pas question d'occupation militaire.

Plusieurs pays ont déjà réagit affirmant qu'ils n'allaient pas "se laisser tromper" par le régime libyen alors que "la situation reste la même" sur le terrain. Seule la chancelière allemande, Angela Merkel, a jugé "encourageantes" ces premières informations sur la réaction du colonel Kadhafi.

Réaction également du commandant des rebelles libyens, Khalifa Heftir, a déclaré vendredi que le cessez-le-feu annoncé un peu plus tôt par le régime n'était "pas important" pour l'opposition, estimant qu'il s'agissait d'un coup de "bluff" du numéro un libyen Mouammar Kadhafi.

En début de soirée, Khaled al-Sayeh, membre du conseil militaire de l'insurrection à Benghazi, affirmait que les forces fidèles au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi "attaquent toujours" malgré l'annonce d'un cessez-le-feu.

Quelque 300 000 personnes ont fui les violences en Libye, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), qui s'attend à ce que 1500 à 2500 personnes continuent d'en faire autant chaque jour. Pour l'instant, l'ONU n'a pas réussi à trouver un accord avec la Libye sur les conditions d'envoi d'une mission humanitaire.

Tripoli demande à la Turquie, Malte et la Chine l'envoi d'observateurs

La Libye a demandé à la Turquie, Malte et la Chine d'envoyer des observateurs pour superviser le cessez-le-feu annoncé vendredi par le régime, a-t-on appris de source officielle.

"Nous sommes en contact avec la Turquie, Malte et la Chine et nous leur avons demandé l'envoi d'observateurs pour superviser le cessez-le-feu", a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat.

"Les Forces armées respectent cette annonce (de cessez-le-feu) et s'engage à protéger les civils", a ajouté la même source, démentant des informations selon lesquelles, des opérations militaires ont continué dans les villes de Misrata ou Zenten (ouest).

Des combats près d'Ajdabiya

Sur le terrain, l'ordre de cessez-le-feu ne semble pas avoir encore été transmis aux forces.

Des combats avaient lieu vendredi après-midi aux alentours d'Ajdabiya, ville clé dans l'est de la Libye encore sous contrôle partiel des rebelles mais où les forces fidèles à Mouammar Kadhafi ont effectué des percées, selon des témoins et un journaliste de l'AFP.

De nombreuses explosions ont notamment été entendues en provenance de Zuwaytinah, un petit port pétrolier situé à 30 km au nord-ouest d'Ajdabiya, dernier verrou des insurgés avant leur fief de Benghazi, à 160 km de là.

Selon des sources médicales et des insurgés, les environs du port ont été visés par des bombardements.

Les troupes de Kadhafi contrôlent par ailleurs partiellement les trois axes principaux sortant d'Ajdabiya : la voie vers Brega (ouest), la route côtière vers Benghazi (nord-est) et celle via le désert rejoignant Tobrouk (nord-est).

De fortes explosions sporadiques et lointaines étaient également entendus vendredi depuis le centre de Tripoli, sans qu'il ne soit possible d'établir leur origine, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des témoins et journalistes présents dans la capitale libyenne ont également entendu le bruit d'une série de six à huit détonations.

Vendredi matin, des bombardements sur la ville de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) auraient fait 25 morts, dont des enfants, a déclaré un médecin.

L'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al Islam, avait également annoncé vendredi matin que l'armée libyenne allait se déployer autour de Benghazi sans y pénétrer, selon Al Djazira. Des unités antiterroristes devaient y être envoyées pour désarmer les insurgés.

Des combats à Zenten et Nalout

Des combats ont eu lieu jeudi soir et vendredi matin à Nalout et Zenten, deux villes de l'ouest libyen sous contrôle de l'opposition, entre des forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi et les insurgés, ont rapporté des habitants.

Les forces de Kadhafi ont attaqué jeudi soir la ville de Zenten, à 145 km au sud-ouest de Tripoli, "et il y a eu des affrontements violents avec les rebelles. Les combats ont continué vendredi matin", a indiqué à l'AFP un habitant de la ville.

"Il y a eu des victimes des deux côtés", a-t-il dit, affirmant ne pas être en mesure d'en préciser le nombre.

"Kadhafi est en train d'envoyer des jeunes inexpérimentés et qui ne connaissent pas cette région montagneuse. Ses forces ont subi d'importants dégâts", a-t-il dit.

A Nalout, les rebelles ont attaqué jeudi soir une position de forces loyales à l'extérieur de la ville et ont "pris toutes leurs armes et munitions". Maintenant la situation est calme dans la ville, a indiqué à l'AFP un des rebelles.

"Nous avons fait prisonniers plusieurs militaires de Kadhafi", a-t-il ajouté.

Toute attaque contre des civils à Benghazi serait un crime de guerre

Toute attaque contre des civils à Benghazi (est de la Libye) constituerait un crime de guerre, a mis en garde vendredi le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo.

"Les commandants seront responsables. En tant que procureur de la CPI, je demanderai des mandat d'arrêt contre eux", a ajouté le procureur de la CPI.

Le procureur de la CPI avait annoncé le 3 mars l'ouverture d'une enquête pour crimes contre l'humanité en Libye visant notamment le colonel Kadhafi et ses fils, concernant des attaques contre la population civile.

Des journalistes américains vont être libérés

Le New York Times annonce que la Libye va libérer ce vendredi ses quatre journalistes disparus.

Quatre de ses reporters étaient portés disparus après avoir été vus pour la dernière fois mardi matin dans l'est de la Libye, théâtre de combats entre le régime du colonel Mouammar Kadhafi et la rébellion.

Il semble qu'ils ont été arrêtés par les forces fidèles au régime Kadhafi.

Les vols civils interdits vers la Libye

L'agence européenne de contrôle aérien a annoncé vendredi avoir interdit les vols civils vers la Libye.

Dans le même temps, Eurocontrol, qui gère le trafic aérien en Europe, est revenue sur des informations qu'elle avait diffusées un peu plus tôt sur son site internet, faisant état d'une décision des autorités libyennes de fermer leur espace aérien.

L'agence avait alors dit avoir reçu cette information des autorités maltaises. Mais après avoir pris contact directement avec Tripoli, "les autorités libyennes nous ont informés que l'espace aérien est ouvert". "La Libye dit que l'espace aérien n'est pas fermé, pour les autorités libyennes il est ouvert", a insisté la porte-parole.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 18 Mar - 23:19 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SGH Belgique - Phénoménes paranormaux en Belgique - Investigation paranormale belge et Belgique Index du Forum -> ZONE WEB -> DISCUSSIONS GENERALES ET LIBRES ENTRE MEMBRES -> ACTUALITES MONDIALES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
           

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

PUBLICITES



 

Service informatique - dépannage informatique - réparation informatique - brabant-wallon et Bruxelles - Intervention informatique professionnelle
Dépannage informatique Wavre et brabant-wallon
Blog informatique - depannage en brabant-wallon, namur, charleroi et bruxelles - vente materiel informatique
Boutique et magasin en ligne informatique , laptop, ipad accessoires, iphones, livraison gratuite en belgique, moins cher de belgique
Service plomberie plombier depannage chauffagiste debouchage bruxelles brabant-wallon pas cher moins cher entretien chaudiere

  Boutique fetichiste Sexy  Boutique de bijoux Sexy  Boutique lingerie sexy  Boutique de DVD's Sexy  Boutique librairie Sexy  Boutique Sexshop

technicien informatique domicile brabant wallon

informaticien a domicile brabant wallon - wavre - jodoigne - ottignies